Mon potager se réveille doucement

de | 5 mai 2016
Mon potager se réveille doucement - boutons de fleurs de pommier

Mon potager se réveille doucement – boutons de fleurs de pommier

Oui, c’est vrai l’hiver n’a pas été très rude, on a attendu le froid mais il n’est pas venu. J’ai vu des moustiques rôder sur ma terrasse en plein mois de février et même aller  jusqu’à  nous  piquer  au  visage ! Le mois de mai est pourtant déjà là mais le printemps ne semble pas le savoir, il fait sa mauvaise tête et tarde à s’installer. Les jardineries proposent depuis plusieurs semaines des plants de tomates, poivrons, et d’autres espèces encore mais pas possible de les mettre au jardin tant que les fameux cavaliers ou saints de glace ne sont pas passés, le risque de gel reste possible jusqu’à la mi-mai.

En attendant donc de pouvoir planter les légumes du soleil, mon potager se réveille doucement. La jardinière, en prévision des beaux jours, prépare consciencieusement, depuis la mi-mars, ses petits carrés. Elle espère malgré tout que le froid ne viendra plus et tente sa chance avec des cultures précoces. C’est ainsi qu’ont été semées quelques graines de roquette, de coriandre, de mesclun, de carottes et de radis. Quelques plants de salades et de poirées ont également trouvé place. premieres plantations avril 2016Ne craignant rien, la jardinière s’est même lancée dans la plantation de pommes de terre. Pas très original me direz-vous mais la particularité c’est de les avoir plantées dans un grande jardinière de récupération et non pas en pleine terre. Plantées le 14 mars, celles-ci ont l’air de se plaire car de nombreuses tiges émergeaient déjà des tubercules trois semaines plus tard. La semaine dernière, soit 40 jours après la plantation, la végétation est impressionnante. D’ailleurs, le lin bleu semé entre les deux lignes de pommes de terre est complètement caché. En espérant qu’il puisse quand même remplir son rôle contre les doryphores.

Voici les images de cette plantation de pommes de terre, il s’agit de 10 plants de la variété « Belle de Fontenay », censés être récoltés 70 jours après la plantation. Pour l’instant, c’est bien parti mais affaire à suivre…, rien n’est jamais gagné d’avance au potager.

Dans notre région de sud, la culture des fèves peut être démarrée en fin d’hiver sans trop de risques. Comme il me restait des graines de la variété Aguadulce achetée il y a deux ans, j’ai profité d’un espace libre en dehors des carrés pour les semer en lignes. Les fèves ont bien levé, la photo a été prise le 24/04/2016, soit 40 jours après le semis.

Les fèves ont bien levé avril 2016

Fèves – 24/04/2016 (semis le 14/03/2016)

J’ai installé le goutte à goutte Iriso que j’avais testé l’été dernier mais dans ma situation, je ne suis pas encore très convaincue par son efficacité. Le problème, c’est que l’eau issue du forage contient de nombreuses impuretés, du sable ou de la terre, qui viennent boucher les gicleurs et ce malgré la pose d’un filtre. Je persiste en ce début de saison et verrai rapidement si ça vaut le coup. Le gros avantage de ce système d’irrigation, c’est qu’il fonctionne par gravité, sans pression dans le système, sans piles ni électricité. Un tuyau souple de 6 mm de diamètre est relié à la citerne surélevée d’environ 80 cm de hauteur et aux arroseurs, tous équipés d’une molette permettant de régler le débit. Pour l’instant, cela semble fonctionner, l’eau coule  en continu, goutte à goutte, mais  il me semble que le rythme est trop rapide. Pourtant, les goutteurs sont bien programmés sur le débit le plus lent, je crains que ma cuve ne se vide trop vite. Affaire à suivre !

Un peu plus tard, le 8 avril exactement, j’ai semé quelques lignes de haricots nain, deux variétés différentes : Velour qui devrait donner des haricots violets et Novirex, variété de haricot vert plus classique mais réputée productive et sans fil. J’ai semé également des pois demi-nain mange-tout de la variété Carouby de Maussane que le mari d’une amie m’a fait passer. Ils ont bien levé également,

J’ai aussi planté quelques gousses d’ail rose de Lautrec, et quelques graines d’un oignon blanc appelé « Blanc de la reine », réputé précoce mais j’avoue que je n’y crois guère, on verra bien.

Une expérience tentée, même si  je sais pertinemment qu’il y a peu de chances pour que ça marche, a consisté à planter deux-trois graines de courgettes dans un carré et de les protéger par une bouteille plastique découpée. Semées donc le 8 avril en place, seules les graines de la variété Orélia ont germé. La variété de courgette « Maraîchère » n’a pas daigné sortir, trop frileuse sans doute.

Semis courgettes Orélia protégé dans bouteille plastique

Semis de courgette Orélia protégé par une bouteille plastique découpée – 02/05/2016

Et voici le fruit de ma première récolte : une salade et des radis 😆

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *