Mon jean Birkin Flares

de | 16 mai 2021

Mon jean Birkin Flares

Mon jean Birkin Flares

Me revoilà pour vous présenter mon jean Birkin Flares, soit le deuxième jean cousu entièrement par mes petites mains. Comme je l’avais indiqué dans mon précédent post consacré à la réalisation de mon premier, j’avais envie d’un jean des années 70 avec de vraies pattes d’éph. C’est sur le Birkin Flares de Paperdahl que j’ai trouvé mon bonheur.

Ce jean avait toutes les caractéristiques que je cherchais et le dessin technique me semblait parfait. J’hésitais encore à me lancer dans cette nouvelle aventure car les explications de ce patron étaient exclusivement en anglais et le sew along qui avait été réalisé, je crois en 2016, n’est plus accessible. C’est peut être finalement, le post de Pauline Alice qui a fini de me convaincre. Même si elle s’est trompée de taille, il lui va pas mal et je me retrouvai totalement dans ses commentaires qui l’ont amenée à coudre son propre jean : pantalons du commerce toujours trop longs pour ma petite taille sans parler du diktat des tailles basses ou de la forme slim ou skinny.

J’ai bien sûr réalisé d’abord une toile mais avant ça j’avais entrepris de décrypter les différentes étapes écrites en anglais pour m’assurer que je comprenais bien ce qu’il fallait faire. Pour la taille, d’après le tableau, mes mensurations correspondaient à la taille  américaine 26. 

Même s’il est précisé que le patron inclut une aisance négative et que sa créatrice nous annonce que le résultat est garanti : « there is 3” of negative ease. Trust me; it works! (And it looks great!)« , j’ai préféré le découper dans la taille supérieure 27 tant le résultat de ma toile était serré. C’est vrai que la cotonnade utilisée ne contenait pas du tout d’élasthanne contrairement au tissu en jean acheté chez Butinette. 

Le patron

Le patron à télécharger au format pdf existe en deux versions : impression et assemblage à la maison des 32 pages A4 ou format A0 chez un imprimeur. J’ai choisi la version imprimeur car j’ai un copy shop à côté de chez moi et le coût n’était que de 2,50 Euros. L’inconvénient, cette version sans assemblage est imprimée en noir pour toutes les tailles, il faut donc être très attentif pour bien repérer les lignes correspondant à la taille choisie. Cela s’est compliqué quand j’ai procédé à des ajustements pour la longueur des jambes. Après avoir réduit le nombre de centimètres voulus avant et après les genoux, pas facile de redessiner les côtés intérieurs et extérieurs des jambes. Difficile de retomber sur le symbole correspondant à ma taille. J’ai eu des doutes pour la braguette, car même avec la note explicative spécifiant que l’extension n’est valable que pour la jambe droite, je n’ai pas trop su où couper. Quand on est novice dans la confection d’un pantalon, la subtilité de cette extension nous échappe. Cela aurait été plus simple d’avoir un patron distinct pour chaque jambe. A refaire, j’imprimerai la dizaine de pages au format A4 correspondant à la jambe Devant Droite, les repères couleur faciliteront les choses.

 

La réalisation

J’ai bien suivi les instructions du livret de 21 pages à télécharger et qui est vraiment très détaillé. Nombreux conseils et astuces au fur et à mesure des étapes. J’ai découpé mes pièces avec le tissu replié comme indiqué dans le plan de coupe et je m’y prendrai autrement la prochaine fois car j’ai une jambe qui a tourné. Un petit tour sur internet m’a vite fait réaliser que c’était courant, surtout avec la toile de jean. Pour éviter ce souci, il suffirait de couper les jambes tête bêche sur le tissu simple épaisseur.

Sinon, vu qu’il s’agissait de mon 2ème jean, j’ai assez vite assemblé les pièces entre elles. Deux points noirs : la braguette et la boutonnière. La braguette, que j’ai dû refaire au moins quatre fois (oui 4 fois !) à cause de cette extension que j’avais coupé trop large. J’avais pris le repère de la taille supérieure et bien sûr ça ne collait pas. Il m’a fallu 3 essais pour comprendre d’où venait l’erreur et après avoir recoupé l’extension en me basant sur le bon repère, cette fois cela a marché. Mais quelle galère ! Elle n’est pas parfaite, mais tant pis !

La boutonnière ! idem version précédente. Le test sur une chute de tissu fonctionne parfaitement mais dès que je me positionne sur l’emplacement définitif, plus rien ne va. Le programme plante, la machine fait du sur place, trop d’épaisseur ? Je ne sais pas car après plusieurs tentatives, je finis pas y arriver. Va falloir que je passe du temps sur le mode d’emploi de ma machine pour dompter cette technique.

Conclusion

Je suis contente du résultat, mon jean Birkin Flares est confortable, a les pattes larges comme je le souhaitais. La taille est pile à la bonne hauteur, juste sous le nombril.

Que dire de plus ? Un problème quand même : les plis à l’arrière des jambes. Je n’ai pas encore compris comment corriger cela, pas certaine que cela vienne de la fourche. D’ailleurs, je retrouve ce problème sur toutes les publications et chose étrange, celui-ci ne me semble pas évoqué. Comme déjà dit dans  Enfin un jean flare taille normale, je vais devoir faire des recherches. Voici des liens sur les réalisations d’autres blogueuses ayant elles aussi réalisé ce Birkin Flares : Lisa sur cucicucicoo ; Terry sur kollabora ; Sarah sur Memade ; et Sara sur Radiant Home Studio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.