Création de mon potager en carrés

de | 24 février 2016
Potager en carrés - vue d'ensemble

Création de mon potager en carrés

J’ai donc décidé que mon potager serait un potager en carrés. Ce choix s’est imposé à moi pour les raisons déjà évoquées dans mon précédent article Comment je me suis initiée au potager en carrés bio. Il a donc fallu s’attaquer au projet et cela n’a pas été une mince affaire. Pour commencer, j’ai investi dans 4 carrés potagers de 100 cm  x 100 cm x 30 cm que ma jardinerie était en train de liquider. J’ai ensuite rajouté 2 grands carrés de 200 cm x 120 cm confectionnés à partir de lattes de plancher en pin naturel non traité achetées dans un magasin de bricolage. Pour qu’elles puissent résister aux intempéries, je les ai recouvertes de deux couches d’huile de lin. C’est vrai que le travail du jardinier est grandement facilité lorsqu’il cultive ses légumes dans des carrés surélevés puisque le travail du sol est quasiment inexistant. Par contre, la mise en place avec dans un premier temps l’implantation des carrés puis l’installation de l’irrigation exigent des efforts importants. Je vous rappelle qu’il s’agit ici d’un terrain de loisirs sans eau ni électricité.

L’emplacement doit être choisi judicieusement : ce que je n’ai pas su faire au départ. L’emplacement que  j’avais identifié ne convenait finalement pas car les arbres qui ceinturent le terrain sont si hauts qu’ils apportaient trop d’ombre à mes plantations.

Ombre sur potager

Ombre sur potager – Implantation des grands carrés 200 cm 120 cm

Trou de lapin au milieu des patates

Trou de lapin au milieu des patates

Escargot petit

Escargot au potager

Si en début de saison, l’ensoleillement était suffisant cela n’a plus été le cas au fur et à mesure que l’été avançait et mes légumes du soleil,  courgettes, poivrons, aubergines et tomates en ont pâti. A l’automne suivant, j’ai donc déplacé mon potager et tous mes petits carrés. Par contre, l’expérience de cette 1ère année de culture a été bénéfique. J’ai ainsi appris notamment l’importance de clôturer son potager. En effet, mon jardin était si attractif que les lapins s’en donnaient à cœur joie : à eux  les tendres et jeunes pousses de haricots verts, les feuilles de salades ou de betterave, les fanes de carottes et, pire que tout, ils semblaient se régaler de mes fraises. Belle concurrence avec les limaces et escargots.

L’implantation des carrés : le sol doit être plat et la disposition des carrés doit être réfléchie de façon à organiser son potager de façon pragmatique mais en privilégiant aussi l’esthétique. Il faut donc penser à aménager des chemins entre les différents carrés de façon à pouvoir circuler facilement. L’idéal est de prévoir un espace suffisant pour le passage d’une brouette. La partie la plus ardue et la plus physique est celle du remplissage des carrés. En premier lieu, j’ai prélevé de la terre sur place. Quel boulot : après avoir délimité un rectangle, j’ai passé la grelinette pour soulever la terre et enlever les mauvaises herbes, j’ai ratissé pour enlever les cailloux et j’ai même fignolé en passant la terre dans un tamis de maçon. Heureusement, le jour où j’ai fait ces travaux la terre était humide et souple. J’ai ensuite rempli le fond de mes carrés potagers avec cette jolie terre obtenue à la sueur de mon front, j’étais fière de la voir glisser entre mes mains. Mais bien sûr cela n’a pas suffi à remplir totalement mes carrés potagers et j’ai donc complété avec un mélange de  terre végétale, de terreau et d’algues marines.

Mise en place des grands carrés

Mise en place des grands carrés

FEVES

Fèves

Mise en place des cultures : dans le sud de la France, nous avons de la chance, le climat nous permet de planter relativement tôt dès le début du printemps sans attendre la traditionnelle date des saints de glace. J’avais hâte de planter des légumes et j’ai commencé cette année là par semer des fèves fin février-début mars (variété « Aguadulce » de chez Caillard) dans une plate-bande en dehors de mes carrés,  j’ai planté aussi des pommes de terre  (amandine et charlotte) dans un autre espace en association avec des fleurs de lin bleu pour lutter contre les doryphores qui pourraient venir dévorer mes plants.

Voici quelques illustrations représentant mes trois premiers carrés potagers mis en place au printemps 2013, le détail de chaque culture figure dans les petits carrés en couleur.

Mise en place de l’irrigation : Pour irriguer mes plantations, je joue à l’économie, tous les moyens sont bons : utilisation de bouteilles en plastique plantées au pied de chaque plante de façon à les arroser de façon très précise , paillage systématique car le paillis protège le sol du soleil et permet de réduire sa température tout en maintenant plus longtemps son humidité. En plus, le paillis évite le développement des mauvaises herbes et nourrit la terre en se décomposant. Il n’y a que des avantages à mettre du paillis dans son potager 😎

J’ai donc récupéré des citernes que je remplis d’eau à partir du forage et au moyen de la pompe thermique SPIDO T412 achetée dans mon magasin de bricolage. Pour pouvoir arroser plus facilement il fallait pouvoir brancher un tuyau à ces citernes mais pour cela il fallait avoir un minimum de pression. C’est ainsi que j’ai dû surélever les citernes avec des matériaux de récupération

Je suis en train d’améliorer mon irrigation car j’ai découvert grâce à une amie qu’on pouvait installer des programmateurs à piles ! Grande découverte que je me suis empressée de tester avec la mise en place d’un tuyau microporeux ou de petits goutteurs. Plus de détails dans un prochain post !

 

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *