Belles de Fontenay en jardinière

de | 3 juillet 2016
Belles de Fontenay en jardinière, récolte du 25 juin 2016

Belles de Fontenay en jardinière, récolte du 25 juin 2016

Vous vous rappelez, j’avais voulu tester la culture de pommes de terre dans mon petit potager. J’avais donc planté le 14 avril dix plants de la variété « Belle de Fontenay » dans une grande jardinière relativement profonde. J’avais également intercalé mes plants avec un semis de fleurs de lin bleu pour éviter les doryphores qui ont la réputation de dévorer les feuilles des plants des pommes de terre ou des aubergines.

Bilan : j’ai donc récolté mes patates le 25 juin 2016, soit 2,5 mois après la plantation. Sur les 10 plants, j’ai obtenu 1,800 kg de pommes de terre d’un petit calibre mais jolies.

Belles de Fontenay en jardinière, récolte du 25 juin 2016

Belles de Fontenay en jardinière, récolte du 25 juin 2016

Cette variété donne une pomme de terre de forme dite claviforme, c’est à dire allongée avec une extrémité plus grosse, sa peau est de couleur jaune clair et sa chair plutôt jaune foncée. Aujourd’hui, je réalise que les critères qui m’ont amenée à choisir cette variété plutôt qu’une autre n’étaient pas les bons. Je m’étais laissée tenter par la précocité de la variété, dite hâtive, avec une récolte après un temps de culture estimé à environ 90 j, et par la saveur réputée excellente.

Aujourd’hui, lorsque je fais des recherches plus approfondies sur le net, je me rends compte que la variété Belle de Fontenay  a une mauvaise résistance au mildiou et que son rendement est habituellement très médiocre. Voir cet article sur le site de Rustica qui présente un comparatif sur les différentes variétés de pomme de terre. Je comprends mieux maintenant cette attaque de mildiou contre laquelle j’ai essayé vainement mes décoctions d’ail. En plus, je ne les ai jamais vu fleurir, cela aussi c’est une particularité que l’on retrouve souvent dans la culture de la Belle de Fontenay. Autre chose à retenir, les 10 plants étaient trop à l’étroit dans la jardinière, il aurait fallu en mettre bien moins. Le lin bleu a bien poussé mais a vite été étouffé par le feuillage des pommes de terre.

J’ai donc lavé mes pommes de terre puis les ai triées avant de décider comment nous allions nous en régaler. J’ai mis les plus grosses de côté, les ai épluchées puis cuites à l’eau tout simplement. Elles vont accompagner à merveille dans une bonne petite salade les haricots Velour récoltés le même jour. Les plus petites, les plus nombreuses, ont été cuites à la vapeur avec leur peau avant d’être rôties dans une sauteuse avec de l’huile d’olive, de l’ail et du romarin. Trop bon !

L’an prochain, c’est sûr, je prendrai une variété résistante au mildiou et dont le rendement est plus important, le critère de la précocité viendra en dernier. J’ai déjà repéré le nom de quelques variétés : Adriana, Jeannette, Apollo, Bernadette, Mona Lisa, mais je vais continuer mes recherches pour trouver celle qui sera le mieux adaptée à mon environnement et mes goûts.

Retour sur les différentes étapes de la culture de ces belles de Fontenay en jardinière

Plants de pomme de terre + lin bleu - 08/04/2016 (plantation du 14/03/2016)

Plants de pomme de terre + lin bleu – 08/04/2016 (plantation du 14/03/2016)

Plants de pomme de terre + lin bleu - 24/04/2016 (plantation du 14/03/2016)

Plants de pomme de terre + lin bleu – 24/04/2016 (plantation du 14/03/2016)

 

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *