C’est parti pour une ronde de maniques

de | 22 janvier 2017
C'est parti pour une ronde de maniques

C’est parti pour une ronde de maniques

Mes maniques sont usées, je n’ai pas besoin de plus d’arguments pour me lancer dans la réalisation de cet accessoire de cuisine quasi indispensable.Bien sûr un torchon replié peut faire l’affaire mais bon, de jolies maniques, ça fait toujours plaisir.

Me voilà donc partie à la pêche sur internet pour voir ce qui peut être réalisé. Du choix, c’est sûr il n’en manque pas : maniques doubles, maniques simples, carrées, rondes, en forme de papillons ou de cœur. J’ai jeté mon dévolu sur les maniques en forme de cœur et après avoir lu et relu des exemples sur des blogs comme celui de A spoonful of sugar (en anglais mais grâce aux photos cela n’est pas un souci), ou celui de Couture Bécassine ou encore celui de Ma-ger-de , je me suis lancée. Je vous livre ci-dessous mes petites réalisations faites à l’occasion de Noël et qui ont atterri tout droit dans les petits pochons de Noël avant d’égayer les cuisines des heureuses élues.

J’ai réalisé mon patron à partir d’un gabarit en bois que j’avais dans mon coffre spécial décos. Il faut deux tissus différents pour confectionner ces maniques : 1 pour la face avant (cerises) et un autre assorti pour la face arrière (vichy) ; du molleton résistant à la chaleur et bien sûr du biais. Pour chaque manique il faut donc découper dans chaque tissu et molleton:

    • un grand cœur entier (il suffit de poser un demi-gabarit sur la pliure du tissu pour obtenir un cœur entier bien symétrique)
    • deux moitiés de cœur légèrement plus petits (pour les oreillettes de la face arrière)
C'est parti pour une ronde de maniques

Assembler les 3 grands coeurs : tissu cerises (face avant), molleton et tissu vichy (face arrière)

J’ai bien galéré au départ avec la pose du biais, surtout sur la partie supérieure au niveau de la courbe qui descend et remonte presque aussitôt. Après avoir essayé plusieurs techniques, le plus simple est encore de suivre la courbure naturelle jusqu’au milieu, lever le pied de biche en laissant l’aiguille bien ancrée dans le biais, tourner légèrement l’ouvrage de façon à pouvoir suivre la couture de l’autre côté du cœur.  Il faut y aller doucement et minutieusement pour éviter des plis disgracieux. Par contre, inutile d’utiliser un biais d’une trop grande largeur, cela complique la tâche contrairement à ce que l’on pourrait croire. J’ai testé et vous garantis que c’était une erreur, trop de mauvais plis, à éviter donc !

C’est parti pour une ronde de maniques

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *